Accueil de mon oiseau EAM

Comment bien accueillir votre nouvel arrivant et petit protégé au mieux pour qu'il se sente à l'aise et n'ait pas de stress ?

Bonjour à tous,

Je fais cette rubrique de bon matin car la nouvelle maman de Pépito, notre petit ange lutino, calopsitte mâle adorable et câlin, né le 25/11/2013, très calme et coopératif, vient de partir ce matin en covoiturage pour la ville de Nancy et sa maman, qui n'a pas d'email, très inquiète, me demande des conseils pour l'accueillir au mieux !

Pepito

 Pour Patricia :

pepito-miko-180114.mp4 pepito-miko-180114.mp4

I/ Transport :

Pour transporter votre oiseau, prévoir une boîte en plastique style boîte à chat assez large s'il s'agit d'une calopsitte et la moitié pour un roséicollis, style boîte à chaton ou lapin, avec des trous sur le dessus que vous pourrez trouver pour une vingtaine d'euros chez Amazonie ou Truffaut ou moins si plus petite bien entendu. Puis, vous lui mettez une branche de millet pour le trajet, vous pouvez lui donner de l'eau pendant l'une des pauses mais il pourra attendre le soir, ce n'est pas grave si le trajet se fait dans la journée. Et surtout, vous recouvrez la boîte d'un plaid ou d'une grande serviette pour d'une part le maintenir au chaud et d'autre part, éviter qu'il stresse en voyant défiler les paysages ou les gens autour et qu'il soit au calme dans son cocoon et puisse dormir en toute tranquillité. Le mieux est de le mettre derrière le siège passager ou conducteur par terre ou comme ce matin, vu qu'il s'agissait d'une BMW, dans le grand coffre bien câlé mais attention, il lui faut de l'air et une ouverture donc pas dans un coffre complètement fermé par exemple. Durant le trajet, vous pouvez lui parler surtout s'il émet des petits cris par inquiétude ou questionnement et le rassurer en lui expliquant les choses comme vous le feriez avec un enfant de 5 ans, son âge mental. Il comprend parfaitement bien, ne vous y trompez pas et non, vous ne serez pas 'ridicule' et ce n'est pas 'débile', mais tout à fait 'naturel', ne parlez-vous pas à votre chat ou à votre chien ? Alors c'est pareil.

 

II/ Récupération de l'oiseau (en l'occurence) car il s'agit d'un co-voiturage.

On récupère le petit bonhomme ou la petite damoiselle, on lui parle doucement, on recouvre sa boîte et on l'installe dans son véhicule sans le toucher dans un premier temps. On lui explique juste par exemple 'qu'on va à la maison, qu'une grande cage l'attend avec plein de joujoux et une ouverture sur le dessus, qu'on est 'sa nouvelle maman' ou 'son nouveau papa' (maître pour les personnes moins gnangnans que moi lol).

 

III/ Arrivée à la maison - Prise de contact

On prend délicatement l'oiseau dans ses mains et n'ayez pas peur (n'est-ce pas Mathilde !!), il ou elle n'est pas en sucre et avant de faire une crise cardiaque, il y a un monde d'autant que les crises cardiaques arrivent essentiellement avec des oiseaux certes qui ne vous connaissent pas mais surtout des sauvages et en vérité les petits oiseaux tel que les catherines et les roséicollis mais jamais les calopsittes ou les perroquets. Et surtout, il ou elle a été élevé à la main et nourri dès l'âge de 10 jours, c'est dire s'il est bien habitué à l'homme et n'aura pas peur, juste sera surpris de voir 'une nouvelle personne' qu'il ne connait pas d'où l'importance de 'communiquer' et de lui 'expliquer' les choses calmement, posément, clairement comme vous le feriez avec votre enfant car n'oublions pas qu'ils ont un âge mental équivalent à 5 ans et qu'ils comprennent parfaitement les choses. Utilisez toujours les mêmes mots de préférences, des mots simples, répétitifs, des phrases courtes, appelez-le par son prénom. On le sort de sa boîte en lui parlant et en le caressant. On le pose sur le doigt, on lui fait des bisous sous le bec et sur le bec (enfin moi je le fais avec les miens sans aucun problème) et on le câline derrière la tête en faisant une pince avec deux doigts et de bas en haut et sur le dos aussi mais pas trop souvent le dos pour éviter de lui abîmer les plumes à la longue. On peut lui dire donne la patte en mettant une main devant l'autre, le laisser sur son épaule. Cela pendant quelque minutes, pas trop car l'étape suivante est important avant de jouer avec lui plus amplement.

 

IV/ Découverte de sa cage et de son environnement

On le dépose dans sa cage, fermée dans un premier temps et on s'éloigne, on peut l'observer de loin ou rester à côté mais éviter de le stresser ou alors laisser la cage entrouverte s'il veut rester sur vous mais lui montrer sa nouvelle maison et éventuellement ouvrir le dessus et le déposer sur le barreau sinon. Il va de suite normalement aller chercher ' à manger ou à boire' ou tout du moins, 'découvrir' son environnement, ses jouets, son garde manger, sa nouvelle demeure. Il a besoin de 'trouver ses repères' comme nous lorsque l'on arrive dans un endroit que l'on ne connait pas. Les oiseaux, c'est pareil, ils ont besoin de trouver leurs marques petit à petit et d'être rassurés. En fonction du comportement de l'oiseau, on reste ou on part, c'est selon. En le mettant dans sa maison, on peut lui expliquer 'c'est ta nouvelle maison, là tu as les graines et là tu as de l'eau, voici ton nid et maman t'a mis une jolie balançoire, une belle échelle et des jouets'. A tout à l'heure, tu peux manger si tu veux'.... Par exemple...Chacun trouvera son langage, sa façon de communiquer, le but étant pour vous et l'oiseau d'être le plus à l'aise possible.

 

V/ Jeux, Câlins, Vol libre, Perchoirs

Lorsque l'oiseau s'est bien habitué à vous et à son environnement, sa cage, vous pouvez le laisser 'en liberté' quelque heures par jour, toute la journée si vous le souhaitez mais veillez bien à ce qu'il est un perchoir, en l'occurence, celui du dessus de la cage s'il s'agit d'une cage à perroquet ou un perchoir à part, pour pouvoir se poser mais en tous les cas, il doit pouvoir retourner d'une manière ou d'une autre soit dans sa cage soit sur un perchoir d'une part pour se poser régulièrement d'autre part et surtout pour se nourrir et boire lorsqu'il en éprouve le besoin et essayez de perdurer mon éducation en lui expliquant 'où' il doit faire ses besoins. Par exemple, je leur apprends dès tout petit à 'demander' lorsqu'ils veulent faire leurs besoins. Certains vont 'picorer le doigt' en insistant si je ne réagis pas assez vite. D'autres vont émettre un petit cri. Un oiseau va me regarder fixement dans les yeux et s'agiter sur mon épaule. Un autre va partir à reculons. Détectez 'le signal'. Mettez le par terre pour faire ses besoins ou apprenez-lui à 'aller se percher' sur son perchoir ou sa cage par exemple. En tous les cas, montrez lui dès le départ les limites de 'son territoire' à savoir là où il a le droit d'aller, là où c'est interdit ! Grondez-le s'il n'écoute pas et s'il insiste, mettez-le dans sa cage fermée en exprimant votre colère, en le réprimandant, le ton doit être suffisamment expressif pour sa bonne compréhension. Et lorsqu'il fait quelquechose de bien, félicitez-le en lui faisant des câlins, des bisous et voir plus en le récompensant surtout s'il fait un travail ou vous obéit.

Pour cela allez voir le site du clickertraining, vous en apprendrez plus sur l'éducation de votre petit protégé. Donc, le vol libre, oui mais sous certaines conditions, tel endroit de la maison, pendant tant de temps. Vous faites en sorte de le garder aussi avec vous sur l'épaule, sur le doigt, en le faisant travailler, voler d'une main à l'autre, en lui parlant, en le faisant répéter des mots. Les mâles peuvent siffler, immiter des musiques de film, chanter même certains, et d'autres vont carrément parler. Les perruches ondulées, elle, mâles comme femelle peuvent parler. Les autres espèces, uniquement les mâles. Les catherines et les roséicollis aussi mais moins souvent et surtout dès les premiers mois, il faut leur apprendre pour qu'ils y arrivent, ne pas attendre.

Anectode : Dans les années 20, un homme a fait le tour du monde avec sa perruche ondulée qui avait 1000 mots et phrases à son vocabulaire et est passé dans le livre des records !

Donc, avec de la patience, de la répétition, de la douceur et de la compréhension, de la tolérence, on peut arriver à un résultat génial !

Regardez la vidéo de Yuni et vous verrez qu'on peut faire des tas de choses. Vous pouvez surfer sur Internet et voir des calopsittes parler, chanter, siffler, faire les pitres. Pour les inséparables roséicollis et les perruches catherines, plus joueurs, on les cache, on les fait passer d'une manche à l'autre, on les met dans la poche, personnellement je les fais passer par le trou du rouleau d'essuie-tout d'abord en long puis en montant.

Les inséparables et les catherines, surtout les inséparables sont plus propres que ne le sont les calopsittes. Il faut toujours être 'attentif' car parfois ils 's'oublient', on doit 'comprendre' le signal et les poser par terre en disant 'fais caca' et patientez, réitérez s'il revient sur nous sinon le reprendre si on a mal compris en lui réexpliquant qu'il doit demander et ne pas faire 'sur nous' par exemple.

La communication est importante aussi bien avec les oiseaux qu'avec les hommes. On obtient les résultats que l'on mérite. Et c'est par la répétition et la volonté qu'on arrive à ses fins. La patience est le maître mot. Un oiseau devient agressif et dominateur si vous le gâtez pourri, si vous ne lui fixez aucune limite, si vous le laissez faire tout et n'importe quoi même élevé à la main. Ce n'est jamais la faute de celui qui l'a élevé ni de 'pas de chance'. C'est souvent la faute du nouveau maître. L'oiseau ressemble à son maître. Il arrive qu'un oiseau essaye de prendre le dessus sur vous mais cela afin de vous tester et de tester 'vos limites', et cela au bout de quelque mois, ne vous laissez pas 'manipuler' et gardez à l'esprit que vous êtes son maître, il a droit à ce qu'il veut du moment qu'il vous obéisse. Si un oiseau crie, grondez-le, punissez-le, mettez-le une ou deux heuresdans sa boîte de transport sans boire ni manger en lui expliquant pourquoi vous faites ceci ou cela. Rappelez-lui toujours 'les règles' de la maison et n'en inventez pas une tous les jours. Quand vous communiquer avec lui, il retiendra 'le premier ordre', donc si vous dites le contraire après, ne vous étonnez pas du résultat. Toujours les mêmes règles, les mêmes mots et votre oiseau agira en tout intelligence.

 

Anectodes :

A/ Dernièrement, un monsieur m'a dit, 'vos oiseaux, on les entend crier', on ne s'entend pas. Il s'agit d'inséparables roséicollis. Sa maison est grande, de hauts plafonds, il les a mis dans une immense volière car normalement devait les mettre avec d'autres couples. Les inséparables sont des oiseaux qui ont besoin d'espace confinés, d'un nid pour se cacher, de branchages pour faire leur nid, d'avoir un peu d'intimité. Ils sont joueurs. Mais ce ne sont pas non plus des marionnettes. A la maison, je ne les entends pas, ils font leur vie mais on ne les entend jamais crier, juste pousser des petits sifflements pour se parler. Ne parlons-nous pas entre nous ? Ce sont des êtres vivants, ils ont besoin de communiquer, de jouer. Et la configuration, grande maison, hauts plafonds, raisonnage ultime n'aide pas. Une pièce plus petite serait l'idéale, un endroit à part par exemple, leur petit endroit privilégié. Ensuite, on va les chercher l'un après l'autre, jamais en même temps, sinon c'est la fanfare nationale et ils n'écouteront qu'eux et feront les petits fripons en volant ça et là ! Il faut les prendre individuellement et séparer l'autre en fermant la porte pour qu'il ne puissent s'appeler entre eux sinon ils ne vous écouteront pas.

B/ Une jeune étudiante, à l'époque, m'avait pris une calopsitte. Elle n'avait ni voiture, ni cage et ne connaissait rien aux oiseaux. C'était à mes débuts d'éleveuse et je 'faisais confiance' comme on dit. Je lui ai donné une cage que j'avais, elle est venue en bus et s'est faite ramenée par quelqu'un qui venait voir mes oiseaux. Tout lui avait été expliqué dans les moindres détails et à plusieurs reprises. Il s'agissait d'une beau mâle calopsitte gris adorable, calme et très câlin. Au bout d'une semaine, elle m'appelle. Elle travaillait à son domicile et se plaignait car elle ne pouvait se concentrer sur son boulot vu que l'oiseau ne cessait de l'importuner et de crier. Elle disait que les voisins commençaient à se plaindre et qu'elle n'en pouvait plus. Elle me dit 'je cite' : soit vous me le reprenez, soit je le mets par la fenêtre...Bien entendu, j'ai cherché à 'comprendre'. En fait, cela faisait une semaine qu'elle laissait l'oiseau dans sa cage en lui donnant de l'eau trempé dans du lait car elle n'avait pas eu le temps d'acheter des graines...Je lui ai immédiatement repris l'oiseau qui était 'tout maigre' et en très mauvaise forme, il a vite repris du poil de la bête et n'a plus jamais crier....Mais on ne m'y reprendra plus...

C/ Un troisième trouvait que son oiseau était devenu maigre et manquait d'entrain. Il lui donnait des graines pour petites perruches et beaucoup de grappes de millet à la place de graines pour grandes perruches, menu beaucoup plus équilibré et approprié aux grandes perruches, vu qu'il s'agissait d'une calopsitte.

NotaLe millet reste un aliment pour les bébés en sevrage ou pour les adultes mais en petite dose car ils en rafollent mais ce n'est guère suffisant pour leur alimentation, pas assez varié ni riche, juste leur donner une fois par semaine comme on donnerait un 'gâteau' ou lorsqu'ils font quelquechose de bien, pour les récompenser mais pas la grappe entière, quelque petites picorations...

D/ Un quatrième, âgé de 14 ans, avait déjà nourri des oiseaux du ciel. Son père me contacte et me 'supplie' de lui céder un oiseau en fin de sevrage, une pipette par jour pour faire style, en me certifiant qu'il en prendrait toute la responsabilité et que son garçon sait s'y prendre, afin d'être plus proche encore de son oiseau. Je 'cède' (attention, il est interdit de vendre un oiseau non sevré, à l'époque, je ne le savais pas). Quelque jours plus tard, il m'appelle, l'oiseau est 'décédé' alors qu'il est parti 'en parfaite santé'. Je lui en ai donné un autre, il m'a fait un scandale et le m'a dit 'vous n'aviez pas le droit de me vendre un oiseau non sevré, si vous ne m'en donnez pas un autre, je porte plainte....'.Voyez la mauvaise foi des gens cela dit...Je n'ai plus jamais donné d'oiseaux non sevrés à qui que ce soit.

 

Conclusion :

L'élevage à la main demande beaucoup d'investissement personnel, de patience, de travail, de sérieux, de constance, de respect des horaires, des températures de nourrissages mais aussi un certain degré dans le lieu où l'on garde les oiseaux. Cela ne se fait pas du jour au lendemain d'un coup de baguette magique et les 'apprentis éleveurs' l'apprennent à leur dépend. A mes débuts, j'ai versé bien des larmes, pertes d'oiseaux suite à incident de gavage, problème de pâtée de mauvaises qualité qui donnaient des carences voir des troubles du comportement ou des oiseaux qui ne pouvaient voler qu'il fallait alors traiter, etc...La pâtée coûte chère, les compléments alimentaires également, les pipettes et seringues, la purge, les visites éventuelles chez le vétérinaires, les traitements, les tonnes de rouleaux d'essuie-tout et de lingettes antibactériennes que j'utilise, la vitamine, le millet, les graines au sevrage et le nourrissage des parents, les produits pour nettoyer les cages et j'en passe. Et je ne parle pas du temps, des pertes et de la patience, du stress lorsque quelque chose se passe mal. Alors quand certaines personnes disent parfois 'c'est cher' alors qu'un chien, un chat coûte au bas mot entre 600 à 1500 euros et un perroquet, une amazone 1000 à 2000 euros, je pense que ce n'est 'rien' en comparaison. Les personnes qui prennent un EAM imagine qu'ils vont le payer une quarantaine d'euros, cinquantaine tout au plus, prix d'un oiseau sauvage en animalerie, oiseau qu'on ne pourra ni approcher car appeuré, voir effrayé ou qui va pincer à vous faire saigner. Seuls ceux qui savent ce que c'est ou qui se sont renseignés avant peuvent comprendre le travail qu'il y a derrière. En animalerie, un oiseau tel que calopsitte ou Inséparable roséicollis coûtent entre 180 et 220 euros.

Pour que votre oiseau soit bien chez vous, vous devez 'avoir confiance' en vous, 'le rassurez', 'jouer avec lui', beaucoup lui parler, le câliner, lui expliquer les choses tel un enfant de 5 ans, des phrases simples et des mots courts. L'oiseau ressemble à son maître.

 

Important : N'oubliez pas de purquer votre oiseau minimum une fois par an chez un vétérinaire spécialisé dans les NAC ou qui connaissent très bien les oiseaux....Là aussi j'aurai des anecdotes lol

A ne pas oublier :

1/ Graines pour inséparables roséicollis ou grandes perruches pour les calopsittes et les perruches catherines

2/ Barres de graines une fois tous les 15 jours si vous le souhaitez

3/ Branche de millet à titre de récompense ou une fois par semaine suffit

4/ 1 Os de seiche obligatoire dans la cage pour se faire le bec, l'aiguiser

5/ 1 Bloc de sel minéral pour l'apport en calcium (os de seiche insuffisant) afin de lui permettre de bien digérer les aliments

6/ Un nid en plastique ou un grand nid en bois, un tipi pour les plus petits ils adorent ça !

7/ Un miroir, des jouets, une échelles, suffisamment de perchoirs

8/ Salade, Fruits & Légumes épluchés et lavés : Pomme (attention sans pépin = cyanure pour l'oiseau), Poire, Concombre, Courgette, Endives, Carottes (persil interdit), mandarine, haricots verts frais équetés de chaque côté, etc...

9/ Nettoyer une fois par semaine ou tous les 15 jours la cage de préférence. Changer l'eau tous les jours et les graines tous les deux jours, enlever le dessus, remettez des graines neuves, vous trouverez de la 'poussière de graines' concassée mais pas des graines attention...En fond de cage, du maïs concassé litière végétale, des feuilles de sables ou du sable mais ça vole partout et bonjour le nettoyage autour, du papier en confettis, c'est la nouvelle mode, j'ai pas encore essayé pourquoi pas...A vous de jouer !

Laisser voguer votre imagination et surtout identifier ce que 'votre oiseau' a envie et besoin, ce sont des vitamines, mais pas trop cela dit car cela peut donner la diarrhée auquelle cas arrêter quelque temps. De temps en temps c'est bien.

Le mélange pour perroquets avec fruits aussi est sympa. De la pâtée aux oeufs en période de reproduction, eh oui, les EAM peuvent reproduire contrairement à des idées reçues si on lui met un petit compagnon ou une compagne et si on les laisse tranquille.

Je cesse là mon roman, et Merci aux plus courageux pour avoir été jusqu'au bout....

 

Bon voyage et Que votre famille soit pleine d'entrain avec votre nouveau compagnon !

 

Sandy

 

3 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Date de dernière mise à jour : 19/01/2014

×